Traitements

Le traitement du cancer du pancréas est habituellement multidisciplinaire, c'est-à-dire que différents spécialistes seront impliqués : {tooltip}chirurgiens{end-link}Médecin qui fait des opérations.{end-tooltip}, {tooltip}hémato-oncologues{end-link}Médecin spécialisé dans le diagnostic et le traitement du cancer.{end-tooltip} et {tooltip}radio-oncologues{end-link}Médecin spécialisé dans le traitement du cancer par les rayonnements.{end-tooltip}. Le traitement de votre cancer nécessite probablement les efforts combinés de ces spécialistes. Le traitement de votre cancer fait aussi intervenir des {tooltip}infirmières-pivots{end-link}Infirmière spécialisée dans le suivi des personnes atteintes du cancer ainsi qu'au soutien de leur famille. Vous en rencontrerez peut-être une si vous allez à l'unité d'oncologie d'un hôpital régional, à un centre d'oncologie ou à une clinique satellite pour suivre un traitement additionnel, comme une chimiothérapie, une radiothérapie ou une thérapie ciblée ou autres.{end-tooltip}, des travailleurs sociaux et des psychologues qui vous apporteront leur support et vous aideront à traverser cette période difficile.

La chirurgie est la seule approche recommandée pour maximiser vos possibilités de guérison. Toutefois, ce ne sont malheureusement pas toutes les personnes atteintes d'un cancer du pancréas qui peuvent être opérées. D'abord, le cancer doit être localisé à l'intérieur du pancréas et ne pas s'être répandu à d'autres organes ({tooltip}métastases{end-link}Un foyer de cellules cancéreuses qui s'est formé quand des cellules de la tumeur cancéreuse initiale se sont propagées par la circulation sanguine ou lymphatique.{end-tooltip}). Aussi, la {tooltip}tumeur{end-link}Une masse de cellules à croissance anormale et sans utilité pour le corps. Les tumeurs peuvent être bénignes ou malignes.{end-tooltip} doit pouvoir être entièrement enlevée, sans laisser de cellules cancéreuses derrière. Malheureusement, la tumeur peut parfois s'accoler à des vaisseaux majeurs, ce qui empêche d'enlever la tumeur en totalité. De plus, le patient doit être suffisamment en forme pour subir une chirurgie.

Même si la chirurgie a permis de retirer la totalité du cancer, une chimiothérapie est souvent recommandée après la convalescence. Le but de cette chimiothérapie est de détruire d'éventuelles cellules cancéreuses qui se seraient répandues dans le corps avant la chirurgie et qui n'auraient pas été détectées par les examens pré-opératoires ou pendant la chirurgie. L'objectif de la chimiothérapie est donc de diminuer les risques que votre cancer revienne ailleurs dans votre corps.

Si le cancer est à un stade trop avancé et que la chirurgie est alors impossible, une chimiothérapie palliative peut être recommandée. Le but de ce traitement est alors de prolonger la vie et de diminuer les symptômes de la maladie puisqu'il n'est pas possible de guérir le cancer à ce stade. Parfois, un cancer inopérable va entrainer des complications majeures telles une {tooltip}jaunisse{end-link}Coloration jaune de la peau due à l'accumulation de bilirubine{end-tooltip} (si le canal du foie est bouché), un blocage de l'estomac (entrainant des vomissements et des difficultés importantes pour manger), ou des douleurs dorsales (lorsque les nerfs du dos sont atteints). Il est souvent possible d'aider les personnes qui souffrent de ces complications, sans faire de chirurgie. Le canal de la {tooltip}bile{end-link}Liquide jaune et amer fabriqué par le foie et destiné à aider les intestins dans la digestion des graisses{end-tooltip} et l'estomac peuvent habituellement être débloqués en introduisant des tubes spéciaux par la bouche. Les nerfs du dos peuvent également être engourdis par différentes techniques.

Finalement, il est parfois possible d'ajouter des traitements de radiothérapie. La radiothérapie est une méthode de traitement local qui utilise des radiations. Il n'est toutefois possible de traiter qu'une petite surface. La radiothérapie ne peut pas détruire complètement les cellules cancéreuses et sera donc réservée pour des situations bien précises. Par exemple, ce traitement peut être recommandé s'il reste de la tumeur résiduelle après une chirurgie ou si un cancer est localement trop avancé pour être opéré mais sans qu'il y ait apparence de cancer dans les autres organes.

Retour en haut

Saviez-vous que?

La polychimiothérapie Folfirinox procure un bénéfice de survie plus grand que la gemcitabine mais au dépend d'une toxicité plus grande.

Informations et Soutien

information_soutien