Accueil / Type de Cancer / Cancer du foie / Traitements / Thérapies locorégionales

Thérapies locorégionales

Il existe de gay group sex
milf movie
nombreuses thérapies locorégionales pour le cancer hépatocellulaire. Ces thérapies sont généralement offertes lorsqu'une transplantation hépatique ou une résection hépatique ne peuvent être considérées.

Trois de ces thérapies seront brièvement discutées ici : l'injection d'alcool pur dans la tumeur, la radiofréquence et la chimioembolisation transartérielle.

L'injection d'alcool et la radiofréquence sont 2 techniques de destruction locale. L'alcool est toxique pour les cellules et crée une nécrose de coagulation. Dans un foie cirrhotique, la tumeur est généralement plus molle que les tissus qui l'entourent qui eux sont fibreux. Ceci permet donc d'injection de l'alcool dans la tumeur sans que le liquide ne diffuse trop dans le foie adjacent puisqu'il est fibreux. Cette approche est efficace pour de petites tumeurs (2-3cm), et elle peut être répétée au besoin.

La radiofréquence est une technique de destruction par la chaleur. Une aiguille spéciale est mise au coeur de la tumeur et un courant alternatif est par la suite activé. Une chaleur progressive se dégage de cette aiguille et la tumeur est ainsi détruite par dénaturation des protéines...un peu comme si elle était « cuite ». La radiofréquence est aussi efficace pour de petites tumeurs (2-3cm) même parfois pour des tumeurs un peu plus grosses. Elle peut aussi être répétée au besoin.

La chimioembolisation transartérielle quand à elle repose sur le fait que les cancers hépatocellulaires sont des cancers qui dépendent majoritairement de l'apport vasculaire artériel (par rapport à veineux) pour survivre. Un radiologiste d'intervention peut, à l'aide d'une piqûre dans l'aine ou au poignet, avoir accès au réseau artériel et du même coup avoir accès aux artères du foie et aux branches qui irriguent le cancer. Cette branche est « bloquée » par différents matériaux qui sont aussi souvent chargés de chimiothérapie. Ceci coupe donc les vivres à la tumeur (manque d'oxygène) en plus de l'effet toxique de la chimiothérapie qui reste locale au niveau du foie. Il s'agit d'une technique utile pour retarder la progression de la tumeur, mais qui ne permettra pas la guérison complète.

 

Informations et Soutien

information_soutien